Au Chapeau Gris, restaurant à Versailles : histoire d’un lieu d’exception

Situé à deux pas du château de Versailles, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le restaurant traditionnel haut de gamme Au Chapeau Gris est fort d’une histoire romanesque. Plongeons dans cet univers médiéval et dévoilons ses mystères…

Origine du nom Au Chapeau Gris

À l’emplacement du restaurant, avant sa construction en 1673, existait une forge.
Celle-ci était fréquentée par des cochers qui venaient y faire ferrer leurs chevaux.
En attendant la fin de la besogne, ils se désaltéraient copieusement au bar et, au moment de repartir, il n’était pas rare que l’effet de la boisson leur fasse oublier leurs chapeaux.
C’est ainsi qu’au fil du temps, une collection importante de chapeaux gris s’accumula dans la forge, attendant désespérément leurs propriétaires.

Les Bains royaux

En 1671, Louis XIV fit don à un valet d’une place mesurant 22 toises* de face, rue Dauphine.
En 1673, Claude Roger, le valet en question, fit construire par brevet des bains et une maison de 14 toises de face sur 15 pieds* de profondeur.
Après avoir obtenu le monopole des bains à Versailles, il devint baigneur étuviste sous l’enseigne « Les Bains royaux ».
En 1784, à l’issue de multiples péripéties autour de l’héritage, la Direction des Créances vend « Les Bains royaux » pour 53 300 livres.

*Une toise = 1,949 m, Un pied = 0,325 m, 6 pieds = 1 toise

La transformation du lieu

Le 7 pluviôse an 2 (21 janvier 1794), la maison est achetée par Louis Nicolas Lebœuf. À cette époque, l’édifice a pour adresse le 10, rue de la République.
De 1846 à 1851, l’établissement « Les Bains royaux » est transformé en magasin de serrurerie.
De 1852 à 1863, monsieur Premia devient propriétaire du lieu et le transforme en boutique de ferblantier-lampiste.
De 1864 à 1874, le bâtiment est la propriété de M. Victor Jean et devient un établissement de vente de vin en gros.

Le restaurant

En 1874, Monsieur Delecolle, traiteur en vin, y devient restaurateur sous l’enseigne « Au Chapeau Gris » : c’est le début de la transformation du lieu en restaurant.
En 1903, Monsieur Jacson reprend l’activité de restauration.
En 1930, Monsieur Bejat fait du restaurant un lieu renommé.
En 1949, c’est Monsieur Breton qui reprend le restaurant, jusqu’en 1972.
De 1972 à 2000, Monsieur et Madame Brown reprennent l’affaire et maintiennent la réputation du lieu.
En 2000, Monsieur Porte devient propriétaire du restaurant : il en est encore le gérant aujourd’hui.